Développement territorial en Wallonie
Newsletter

Portail Wallonie | Accueil - Contacts

Retour au sommaire de la newsletter du 31.12.2009

N°5 du 31 décembre 2009
 

LECTURES

NAMUR, VUE DU CIEL, LES EDITIONS NAMUROISES,
123 pages, 2009.

Chaque année, la Ville de Namur organise en septembre une semaine de l’aménagement durable.

En 2008 et 2009, parmi les débats, conférences, l’accent était mis sur l'exposition en plein air de photos aériennes. Pour le visiteur, une plongée au cœur des îlots, des places, des lotissements, des champs, des bois.

Un portrait urbanistique et paysager attrayant et pédagogique de la réalité et des enjeux. Au total, 144 photos commentées brièvement et simplement par des spécialistes.

Une découverte pour les namurois et tous ceux qui s’intéressent aux villes de Wallonie
(pour infos : pun@fundp.ac.be, http://www.pun.be).

DICTIONNAIRE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE. ETAT DES LIEUX ET PROSPECTIVE, PARIS, 2009, BELIN, 317 pages.

Consulter un dictionnaire est d’abord une opération physique : le poids, le format, l’épaisseur, (ici, c’est convenable, léger, d’un format moyen), ensuite, prendre connaissance de la liste des contributeurs (ici, pour la plupart de renoms : Cyria Emelianoff, Jean-Pierre Galland, Jean-Paul Lacaze, Jacques Manesse, Françoise Navarre, Thérèse Saint-Julien sous la direction de Serge Wachter), et enfin le nombre de mots « définis » ou notices (ici 60).

L’originalité réside en ce que ceux-ci sont regroupés en sept thèmes : Attractivité ; Equité ; Développement durable ; Vulnérabilité, Risques, Sécurité ; Institutions ; Expertise ; Europe.

Un croisement de ce dictionnaire avec le Schéma de développement de l'espace régional (SDER, pour rappel adopté en 1999) montre que sont développés dans les deux publications des concepts identiques.. Rassurant sur la pertinence et la stabilité du SDER qui fête son dixième anniversaire.

Ainsi, les trois mots clés qui traduisent en urbanisme la démarche du Schéma de développement de l'espace régional y figurent sont par ailleurs rattachés à trois thématiques : centralité, (thème : Attractivité), mixité (thème : Equité), densité (thème : Développement durable). On a les piliers de ce qu’on peut appeler l’urbanisme durable.

On y trouvera aussi des thèmes qui ont été développés soit dans le Schéma de développement de l'espace régional (attractivité, fiscalité, péréquation) ou dans des travaux de la CPDT (Economie résidentielle, …). Enfin, à noter la thématique « Vulnérabilité, Risques, Sécurité », thématique regroupant des analyses particulièrement intéressantes : gestion de crise, principe de précaution, risk management … et dans la montée du risque l’augmentation des contentieux juridiques. On notera ce positionnement intéressant du contentieux juridique sous l’éclairage nouveau du « risk management ».

Né au sein de la DATAR (devenue DIACT -hélas- et redevenue récemment DATAR), ce dictionnaire tient deux logiques à la fois, celle de l’exigence de l’analyse et de l’obligation de l’action.

Qu’écrire de plus ? A lire.

L.M.

LA FRANCE – AMENAGER LES TERRITOIRES

On néglige trop les manuels scolaires une fois l’école terminée. Pourtant, à l’ère de la formation continuée, on devrait en avoir toujours un à portée de main, tant les savoirs évoluent. Le retour aux fondamentaux, aux initiaux, aux manuels du secondaire est souvent utile même pour les esprits éclairés ou blanchis sous le harnais.

Ajoutons que certains manuels sont à la fine pointe de la réflexion et des processus de décision. C’est le cas de l’ouvrage dirigé par Yves JEAN et Martin VANIER, préfacé par Jean-Louis GUIGOU (ancien délégué de la DATAR) : La France. Aménager les territoires, ouvrage destiné aux étudiants préparant l’agrégation.

Trois parties structurent l’ouvrage.

La première est consacrée aux acteurs, échelles et conflits. La préface pourrait y être ajoutée tant est en symbiose avec cette partie de l’ouvrage. Dans cette préface éclairante et parsemée de formules chocs caractéristiques de l’auteur, Jean-Louis GUIGOU énonce douze convictions qu’il spécifie de personnelles face à ce qu’il considère à une situation d’abandon, une posture de « résistant » ou plutôt de « prospective ».

« Après vingt ans de métier et de recherches, je tiens à affirmer mes convictions qui sont en réalité les tendances lourdes que les travaux de prospective de la DATR ont permis d’identifier. Je considère que lorsque la société devient plus complexe, il faut en contrepartie être plus claire, rendre lisibles les grandes tendances territoriales, simplifier les transformations sans faire tomber l’action dans le simplisme. »

Ces douze convictions sont :
1. L'espace ne s'auto-aménage pas, le territoire est une production collective ;
2. La France n'a pas su tirer le meilleur parti de ses territoires ;
3. On assiste au retour des « territoires » ;
4. Il faut en finir avec le mythe des grands travaux ;
5. Les mutations du comportement des individus ont de fortes incidences sur les territoires ;
6. Les Européens entretiennent avec leurs territoires des relations très riches ;
7. La compétition par l’organisation et la recomposition des territoires est inévitable ;
8. L'émergence du thème du développement durable sera durable pour les territoires ;
9. La relation entre le temps et l'espace constitue une source d’équilibre à valoriser ;
10. Les nouvelles frontières de l'Europe et la re-connexion Nord-Sud sont les grands chantiers de l'Europe de demain ;
11. Il faut comprendre les nouvelles relations entre le foncier et les territoires ;
12. L’éthique (re) devient le premier facteur du développement.

Dans une première partie, après avoir parcouru les étapes majeures de l’aménagement du territoire en France depuis 1945 (Yves JEAN), dressé la thématique toujours cruciale des échelles territoriales (Christian CALENGE), débroussaillé les conflits d’aménagements et les débats publics (Patrick MELE), chapitre bien nécessaire pour nous rappeler que l’aménagement n’est pas un pure objet statique, le domaine de la moralité aseptisée, mais de conflits d’intérêts, retenons l’intéressant chapitre de Patrick SALLEZ, fonctionnaire européen : « Aménagement du territoire : la France vue d’Europe ». Parcourant les grandes étapes : SDEC, Agenda territorial, il se livre à une intéressante analyse de la notion de cohésion territoriale, née, rappelle-t-il à Anvers lors d’une rencontre de l’Association des Régions Européennes (ARE) et insérée dans le Traité de Lisbonne « aux côtés des dimensions économique et sociale de la cohésion, en tant qu’objectif et compétence partagée de l’UE » (p. 85).

Partant de l’inutilité et de la dangerosité, d’une définition « communautaire précise et uninvoque » de la cohésion territoriale, l’auteur dégage trois principes de cohésion territoriale qui ouvre trois priorités, deux champs de réflexion (celui des échelles et celui de la mesure, cfr notamment les indicateurs), une méthode (le renforcement et la gouvernance multi scalaire). Nous laisserons au lecteur le plaisir de parcourir cette riche arborescence. Enfin, l’auteur lit l’aménagement du territoire en France « à partir de Bruxelles ». pour notre part, retenons cet extrait de la conclusion :

« … alors que ces documents stratégiques [SDEC et Agenda Territorial] reconnaissent clairement le fait que les politiques européennes (grands réseaux européens, agriculture, cohésion, environnement) remodèlent fortement la géographie et les territoires du continent, les discours ambiant exprime les réticences de certains Etats membres à reconnaître la légitimité d’une compétence communautaire en aménagement du territoire. Le résultat est que le SDEC et l’Agenda Territorial restent totalement ignorés des grandes politiques sectorielles communautaires, alors même que les acteurs régionaux et locaux ont un rôle indiscutable dans la mise en œuvre desdites politiques. »

La deuxième partie présente les dynamiques spatiales et enjeux d’aménagement dans six régions françaises, dont le Nord Pas-de-Calais, il faut lire ces quelques pages avec une interrogation (pour ceux qui travaillent sur l’aménagement du territoire en Wallonie). A la page 145, une carte « Le Nord Pas-de-Calais, un carrefour européen » que nous reproduisons :

On y relève, au Sud, trois directions : Paris, Reims et Abbeville, Amiens ; à l’Ouest : Londres ; au Nord : Ostende, Bruges, Gand, Bruxelles … aucune ville wallonne ! Qu’en dire par rapport à notre stratégie régionale ?

La troisième partie déroule une séquence classique, mais richement dotée : les réseaux de transports rapides, les petites villes face aux fermetures de services publics (ce n’est pas qu’un problème français, il est également wallon !), les zonages et les pôles en aménagement du territoire, deux articles déclinant deux thèmes que nous entremêlons dans ce compte-rendu : disparités sociales, équités territoriales, environnement et durabilité, réseaux de villes et alliances métropolitaines, l’aménagement du territoire ou futur.

Yves JEAN, Martin VANIER (sous la direction de), La France. Aménager les territoires, (préface de Jean-Louis GUIGOU), Collection U Géographie, Paris, 2008, Ed. Armand COLIN, 335 pages.

Haut de la page

Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité